Alexandre Joly et Pierre Sevaistre

Le 15 février 2020, l’équipe de Ensemble au Japon avec le comité En Marche-Japon et la section Modem-Japon ont organisé une réunion publique sur le thème de la sécurité et la prévention au Japon. Elle était animée par Pierre Sevaistre, ancien cadre de Nissan, qui a aussi travaillé comme consultant pour les entreprises françaises au Japon sur leurs plans de continuité d’activité en cas de catastrophe naturelle. Aujourd’hui à la retraite il est un îlotier actif de Yokohama.

Nous nous sommes interrogés sur la préparation de la communauté française au Japon à un tremblement de terre important. Sommes nous prêts ?
A cette question Pierre Sevaistre répond que non, et déroule certains points de réflexion et d’action pour être mieux préparés:

  1. Comment se préparer à l’avance?
  2. En cas de séisme, que faire?

Le premier réflexe à avoir pour se préparer est celui de lire “le manuel du résident” disponible sur le site de l’Ambassade de France et écrit par Pierre Sevaistre. ​Les principales recommandations sont : Avoir de l’eau et des denrées type « cup noodles«  pour tenir au moins 3 jours. Préparer un sac d’urgence avec les papiers d’identité, argent, eau, biscuits, voire brosse à dents car on peut risquer d’être absent plusieurs jours.

Au moment du tremblement de terre il faut penser à : ouvrir les portes, ne pas se mettre près des fenêtres qui sont en vitrage simple et de ce fait très coupantes, se mettre en boule près d’un mur porteur ou une poutre et attendre que ça passe….
Il faut savoir que les immeubles construits après 1982 sont les plus sûrs (année des premières règlementations anti-sismiques).
Surtout ne pas se précipiter à l’extérieur, à cause des chutes d’objets des balcons.

Dans les sociétés japonaises, il est prévu que les employés ne quittent pas le lieu de travail tant que l’on ne s’est pas assuré que les voies sont libres. Il est aussi utile de s’assurer que les sociétés ont prévu des provisions de vivres pour leurs employés pendant plusieurs jours. Dans certains immeubles d’habitation, la constitution de stocks de nourriture est prévue par les propriétaires des immeubles. Il est conseillé à nos concitoyens de se renseigner sur ces points.

LES REFUGES: Lieux de rassemblement en cas de catastrophe naturelle grave.

Il faut s’assurer de la localisation du refuge le plus proche du domicile pour retrouver les proches si l’on ne peut pas rentrer ou rester chez soi. Il faudra s’y rendre avec ses propres provisions car il n’y aura rien sur place.
Attention, ces refuges reposent sur le volontariat, ne sont pas des structures construites spécifiquement pour les tremblements de terre, les personnes s’y rendant doivent avoir ce dont elles ont besoin (sac de secours, eau, denrées). Pierre Sevaistre souligne que dans ces lieux et suite à un tremblement de terre, beaucoup de personnes sont sous le choc, raison pour laquelle le chacun pour soi prévaut et l’on ne peut compter que sur soi même.

Rappel de quelques refuges propres à la communauté :
L’Ambassade France
L’Institut français
Le LFIT
Ces 3 lieux sont aussi des lieux d’information

Réunion publique sur la Sécurité

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *