Le 15 novembre 2019, avec l’équipe d’En Marche Tokyo, nous avons organisé une réunion publique sur le Climat et le Développement Durable. Le débat était animé par l’architecte Albert Abut.

Ont été abordés les problèmes de qualité de l’air, du climat, des émissions massives des gaz à effets de serre et l’empreinte carbone dérivant des énergies fossiles. Albert Abut nous a aidé à y voir plus clair dans les “vrais” progrès des énergies renouvelables.

Le problème du nucléaire fut aussi abordé : la dépendance de la France, dont 72% de l’électricité est produite par les centrales nucléaires d’EDF; Tepco au Japon qui déverse chaque jour des eaux contaminées dans l’océan Pacifique, sans oublier tous les sous-marins nucléaires qui sont  en permanence en plongée dans les océans, etc…

Du nucléaire, Albert Abut est passé au domaine des énergies renouvelables au Japon. Il a notamment présenté les travaux du Professeur Shintake, du Okinawa Institute of Science & Technology. Celui-ci, inspiré par le mouvement des nageoires des dauphins, a conçu une turbine marine immergée pour exploiter l’énergie du courant de Kuroshio le long des côtes japonaises. Si seulement 1% du littoral japonais était équipé de ces turbines, cela générerait environ 10GW d’électricité, soit à peu près la puissance de 10 réacteurs nucléaires!

Après la production d’énergie, Albert Abut a aussi parlé des pertes énergétiques : que ce soit au niveau des réseaux électriques qui transmettent le courant depuis les centrales électriques jusqu’aux zones de consommation qui enregistrent une perte des 2/3 d’électricité lors de son acheminement ; mais aussi au niveau des bâtiments au Japon qui sont des passoires thermiques.

En conclusion, il est important qu’un changement de pratiques s’opère à tous les niveaux de la société. Que ce soit au plan individuel, dans le monde de l’entreprise (rédaction d’une charte commune – Lister différentes organisations de soutien social ou environnemental auxquelles les entreprises adhèrent dans leurs plans de CSR) et enfin au niveau étatique.

Pour ce dernier Albert Abut se propose d’inviter prioritairement l’Élysée et Matignon à financer encore plus la recherche et le développement d’énergies propres et l’organisation d’une conférence internationale sur le problème urgent de l’acidification des océans.

Réunion publique sur le Climat

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *