Notre conseiller élu des Français de l’Étranger, Jean-Marc Lisner, est allé à la rencontre de Vincent Fichot, samedi 10 et dimanche 11 juillet. Vincent Fichot vient d’entamer une grève de la faim devant la gare JR de Sendagaya pour alerter les pouvoirs publics français et internationaux sur le drame qu’il vit. Il est en effet privé par sa femme de tout contact avec leurs enfants depuis 3 ans.

Vincent Fichot demande notre soutien et surtout celui des autorités françaises pour qu’elles fassent pression sur les autorités japonaises.

Le droit des enfants à garder un contact direct avec chacun de leurs deux parents est garanti par l’article 9-3 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et a été ratifiée par le Japon en 1994. Malheureusement ce droit n’est jamais appliqué, le Japon refusant toujours d’inscrire la garde partagée dans son code de lois.

Il en résulte que, selon l’ONG japonaise Kizuna Child-Parent Reunion, plus de 150.000 enfants japonais perdent chaque année tout contact avec l’un de leurs parents.

Jean-Marc Lisner a ainsi alerté le sénateur des Français de l’Étranger, Richard Yung, depuis longtemps investi dans la lutte pour la reconnaissance par le Japon du droit international , ainsi que notre députée Anne Genetêt qui a immédiatement écrit au Président de la République Emmanuel Macron.

Nous vous invitons vous aussi, si vous êtes à Tokyo, à aller témoigner votre soutien à Vincent Fichot; ainsi qu’à relayer toutes les informations concernant le drame que vivent des milliers de parents et d’enfants, privés de tout contact.

Soutenons Vincent Fichot !

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *